Sapienza - Page 6

  • Surpoids et hypertension en Guyane

    Le surpoids et l’obésité en particulier constituent aujourd’hui l’un des plus importants facteurs de risque d’hypertension artérielle (HTA). Et compte tenu des millions de victimes dénombrées chaque année en raison de complications de l’HTA, il s’agit bien d’un des plus importants enjeux de santé publique de ce siècle. En effet selon les chiffres, environ un adulte sur deux en Île-de-France est obèse ou en surpoids. Et l’hypertension artérielle touche un adulte français sur trois avec plusieurs milliers de victimes chaque année. Mais qu’en est-il de la situation dans les territoires d’outre-mer ? Nous aborderons ici le cas particulier de la Guyane.

    La Guyane en chiffres

    L’Observatoire Régional de la Santé de la Guyane a réalisé de concert avec l’Institut de Formation en Soins Infirmiers, une étude sur le sujet en mars 2016. L’objectif était d’évaluer la prévalence de l’hypertension artérielle au sein de la population locale. Au terme de la phase pilote de l’enquête réalisée dans la commune de Cayenne, le constat n’est pas des plus reluisants.

    La prévalence de l’hypertension artérielle dans la commune de Cayenne était de 40,6% soit environ 23.360 personnes. Ici également, il a été constaté des différences selon le genre avec 45,6% des cas qui ont été recensés chez les hommes et 37,5% chez les femmes. Aussi a-t-il été constaté une certaine prédominance de la maladie suivant le niveau d’instruction et la situation socioprofessionnelle des personnes enquêtées. Ainsi, plus on monte dans le niveau d’éducation et moins on enregistre de cas. L’hypertension artérielle étant plus présente chez les artisans, agriculteurs et ouvriers avec 51,6% des cas enregistrés. Les cadres et autres professions intermédiaires suivent de près avec un pourcentage de 45,8%.

    Le danger du surpoids

    L’une des conclusions les plus intéressantes de cette étude a certainement été le rapport de cette maladie à l’Indice de Masse Corporelle (IMC) et donc par conséquent à l’alimentation et au style de vie. La prévalence de l’HTA dans la population guyanaise augmente à mesure que les niveaux d’IMC grimpent. Avec un taux de prévalence de 62,5%, la maladie touche plus les personnes qui ont essentiellement un style de vie qualifié de sédentaire. Et “comme par surprise”, 33,3% de ces personnes sont en surpoids tandis que 40,8% souffrent d’obésité.

    Soit une énième mise en évidence flagrante du lien directe entre la surcharge pondérale et l’hypertension artérielle. Cependant 62,7%, soit la majorité des personnes enquêtées, présentait une hypertension modérée contre seulement 8,2% d’hypertendus sévères.

    Quand parle-t-on d’hypertension artérielle

    Tension artérielle désigne la pression qu’exerce la circulation du sang sur les parois des vaisseaux sanguins. Chez un sujet en bonne santé, cette pression est évaluée à l’aide de deux valeurs prises à des moments spécifiques de l’activité cardiaque. On parle de pression systolique (lorsque le coeur se contracte pour pomper le sang) et de pression diastolique (au moment où celui-ci se relâche). Les valeurs normales définies par les professionnels de la santé sont de 140 mmHg pour la pression systolique et 90 mmHg pour la pression diastolique. On parle donc d’hypertension artérielle lorsque les valeurs obtenues à chaque mesure de la tension artérielle, au repos et en l’absence de tout stress sont supérieures aux normes.

    Comme mentionné plus haut, les complications de l’hypertension artérielle sont l’une des toutes premières causes de morbidité et de mortalité à travers le monde. Bien qu’une cause claire n’ait pas été définie à ce jour, de nombreux facteurs de risque ont été mis en lumière. Le premier étant l’âge puisque la prévalence de la maladie évolue avec cette variable. Cependant, les personnes âgées ne font pas systématiquement de l’hypertension artérielle. En réalité, selon certains spécialistes, on pourrait associer l’apparition de la maladie à un âge plus ou moins avancé à tout un ensemble de comportements à risque. On peut notamment citer, l’alcoolisme, la consommation de stupéfiants, le surpoids, l’obésité, le déficit en calcium et magnésium et bien d’autres encore.

    Quelques conseils pour lutter contre l’hypertension artérielle

    Bien que les conditions de l’HTA soient des plus dévastatrices, il existe des consignes simples à mettre en œuvre pour prévenir ou contrôler la maladie. Les experts recommandent notamment :

    • une réduction de la consommation de sel ; 
    • l’adoption d’un style de vie sain avec notamment de l’activité physique en quantité suffisante au quotidien ;
    • l’abandon de l’ensemble des comportements à risque ;
    • le suivi régulier de sa tension artérielle ;
    • le suivi rigoureux de son traitement contre l’HTA dans le cas où on souffre déjà de la maladie.